Les 8 choses à savoir sur l’or

29 septembre 2012 Aucun Commentaire »
Les 8 choses à savoir sur l’or

Dans un contexte financier qui peut faire peur, une seule matière est dotée de constantes inaltérables. L’or, car il s’agit de lui, a été la matière sur laquelle se sont adossées les monnaies jusqu’aux années 70 et aucun État n’imprimait de la monnaie s’il ne possédait pas l’équivalent en poids d’or. Aujourd’hui c’est terminé mais l’or n’a pas dit son dernier mot. Pour se faire une idée et savoir si l’or peut convenir dans une situation individuelle, il faut garder à l’esprit huit remarques que l’on peut rapprocher de l’or.

Une matière première pas comme les autres :

L’or constitue une matière première mais contrairement à d’autres, elle n’est pas consommée. L’or extrait à ce jour existe toujours sous une forme ou une autre et n’a pas disparu. Les quelques 155 000 tonnes extraites à ce jour représentent les ¾ du volume d’une piscine olympique. C’est ce qui fait la rareté de l’or.

L’or n’obéit qu’à la loi de la demande :

L’analyse du prix de l’or montre que les fluctuations ne sont dues qu’à une chose, la loi de l’offre et de la demande. Comme l’offre ne croît que de 1,7 % par an du fait de l’extraction difficile, l’or est une monnaie, son prix évoluant en fonction de la demande des différentes devises nationales qui feront que son taux de change évoluera à la hausse comme à la baisse.

C’est la seule monnaie :

On peut aller plus loin en souscrivant à l’assertion que l’or est LA monnaie car si l’on contre une inflation en imprimant plus de devises, on ne peut pas créer de l’or comme par magie. Seuls les alchimistes disent pouvoir le faire, mais dans la réalité la réserve d’or mondiale évolue lentement.

Cela constitue donc bien une référence qui ne fluctue pas. Ce qui en fait un ennemi pour les banquiers qui ne veulent pas indexer ou référencer la moindre monnaie par rapport à l’or qu’ils devraient posséder pour constituer une réserve. Les États essaient d’ailleurs de confisquer cet or que les particuliers peuvent détenir et peuvent en arriver à le mettre hors-la-loi.

L’or est l’ennemi du dollar :

En tant que monnaie, l’or peut donc être une alternative au dollar. Il en devient donc son grand adversaire. En effet, les banques centrales peuvent imprimer tant qu’elles le veulent des dollars, et c’est d’ailleurs ce que font les États-Unis pour parer aux dettes colossales mises en exergue par la crise des subprimes. Mais en faisant cela, ils dévaluent leur monnaie tout en faisant croire à sa force. L’or n’a pas besoin de cela et c’est en cela qu’il constitue une valeur sûre.

Une valeur refuge :

Si l’on analyse le prix du pétrole brut en grammes d’or et non par rapport au dollar, on s’aperçoit que le baril de pétrole coûte autant de grammes d’or qu’à n’importe quel moment de la vie du pétrole. L’or préserve donc le pouvoir d’achat.

Le marché est le seul maître de la valeur de l’or :

La valeur de l’or est donnée par le marché. Les banques ne veulent pas en entendre parler mais c’est la réalité. Les banques centrales essaient de contrôler le prix de l’or pour faire croire que le dollar est plus intéressant. Elles y arrivent mais de moins en moins puisqu’elles se débarrassent petit à petit de leurs réserves d’or. L’offre et la demande refaisant leur œuvre prouveront que l’or n’obéit qu’à elles. De là à dire que le cours de l’or est sous-estimé, il n’y a qu’un pas.

L’or est en hausse :

D’ailleurs l’or est dans un marché haussier. Les difficultés des principales devises devraient même accentuer cette hausse mais dans quelle mesure, personne ne le sait. Mais comme l’or achète toujours la même quantité de pétrole qu’il y a 60 ans, alors qu’il faut plus de dollars, on voit bien que le prix de l’or est en train de grimper.

Éviter le papier :

Il faut acheter de l’or physique et non de l’or papier. Toujours le même refrain, car le papier s’envole mais le métal reste.

Poster un commentaire